Sydney Morning Herald – Sept 2015

Lincoln-Siliakus

FacebookTwitterGoogle+Share

Le vigneron Septembre 2015

lincoln vigneron
lincoln

FacebookTwitterGoogle+Share

L’Advertiser

 

The Advertiser published a Tribute this week end on Adelaide boy Lincoln and his work to save wilderness et la photo de l’article 

2015 Advertiser tribute to Linc SILIAKUS hd

FacebookTwitterGoogle+Share

Linc’s Writings rhymed with wit

Here are a few pieces Lincoln’s writing to share with you.

A letter with photos Linc sent out to his close friends following his 2012 surgery in Marseilles

How Lincoln lost a bit of weight for Dr Monges

New year greetings for 2013

2013, a new start

 

From the Hong Kong days, the first Fragrant Harbour News newsletter as we moved to France. We used to send paper copies to our friends…

Fragrant harbour news 2000 Paris

 

FacebookTwitterGoogle+Share

Good Bye Lincoln

IMG_0098 linc-8
Lincoln left us on Sunday 5 July 2015 in the Sainte Catherine Institute in Avignon, as a result of a kidney cancer relapse following his 2012 surgical intervention.

We payed tribute to him on Thursday 9 July with an outdoor ceremony during which his ashes were spread in little bush surrounded by the vineyards of Sablet, his cherished adopted village.

When you come to Sablet, we will take you to this beautiful place with long views of the Dentelles de Montmirail and the Cheval Long range. Soon the vignerons will place a nice stone there to invite hikers to rest and meditate.

For those who could not make it to the ceremony, we have collected messages which were read then or published below this post (en english and in french)

Au revoir Lincoln

home2Lincoln nous a quittés dimanche 5 Juillet 2015 à l’institut Sainte Catherine d’Avignon, emporté par une récidive de cancer du rein suite à son opération en 2012.

Nous lui avons rendu hommage lors d’une cérémonie champêtre jeudi 9 juillet pendant laquelle ses cendres ont été dispersées dans un petit bois entouré des vignobles de Sablet, son très cher village d’adoption.

Quand vous viendrez à Sablet, nous vous emmènerons voir ce bel endroit qui offre une vue superbe sur les Dentelles de Montmirail et le Cheval Long.
Les vignerons ont l’intention d’y placer une belle pierre pour inviter les marcheurs à se reposer et méditer.

Pour ceux qui n’ont pas pu assister à la cérémonie, nous avons recueilli les hommages qui ont été lus ou publiés dans les posts ci-dessous (en français et anglais)

plan linclinc-solex

FacebookTwitterGoogle+Share

A mon Australien favori

annecLinc nous aura fait sourire jusqu’au bout, et aujourd’hui il nous fait faux bond. Pourtant il voulait partir dans la joie.
Sa sensibilité lui permettait de voir les situations sous des angles surprenants, toujours avec une pointe d’humour parfois piquante mais toujours bienfaisante. Il nous renvoyait une image décalée, en tant qu’observateur soit disant innocent. C’était un artisan des mots, a word craftsman, qui inventait des petits mots justes.
Linc avait des centaines amis dans le monde entier, mais je m’aperçois à quel point il était largement entouré par vous tous, nourri de votre amitié, de votre envie de partager vos passions et un brin de vie avec lui.
Ensemble, Linc et moi avons partagé une formidable aventure, quasi fusionnelle, de presque 35 ans.
Nous nous sommes rencontrés en ramassant des œufs de Pâques dans le bush australien des montagnes Flinders.
Cette année encore, en rentrant de la gare d’Orange, il y avait des œufs de Pâques partout dans la maison et le jardin! Il savait que ce serait la dernière fois.
De ton lit d’hôpital, tu t’es lancé pour planer au-dessus des dentelles, comme nous l’avions imaginé la semaine précédente au Château Redortier, tout doucement vers l’Inconnu.
Lincoln, l’autralien de Sablet, le défenseur de l’environnement, Monsieur Propriété intellectuelle de Hong Kong, Monsieur Vino Solex, my favorite toad, fabulous husband, continue son périple et je lui souhaite bon voyage.

Anne

2015 fontaine vaucluse

FacebookTwitterGoogle+Share

Cérémonie du jeudi 9 juillet 2015 – Photo

1IMG_0004 2 link (2 sur 44) 3 link (1 sur 44) 4link (5 sur 44) 5link (6 sur 44) 6 link (8 sur 44) 7 link (9 sur 44) 8 link (10 sur 44) 9 link (12 sur 44) 10 link (13 sur 44) 11 link (14 sur 44) 12 link (17 sur 44) 13 link (20 sur 44) 14 link (21 sur 44) 15 link (23 sur 44) 16 link (25 sur 44) 17 link (26 sur 44) 18link (11 sur 44) 19link (27 sur 44) 20 link (28 sur 44) 21 link (30 sur 44) 22 link (32 sur 44) 23 link (33 sur 44) 24 link (34 sur 44) 25 link (36 sur 44) 26 link (37 sur 44) 27 link (39 sur 44) 28 link (35 sur 44) 29 link (42 sur 44) 30 link (44 sur 44) 31 link (43 sur 44) 32IMG_0215

FacebookTwitterGoogle+Share

Tribute from your Australian family

Goodbye to Lincoln
(version française dessous)

Saying Goodbye to Lincoln is incredibly difficult, in spite of his reassurances, that he’s had a good 60 years and in spite of us knowing that he has left such a remarkable legacy.

Childhood memories include, among many others, him turning on all taps in the neighbourhood when going for a walk, helping Dad make rafts to take to the beach, catching his first mulloway at his favourite holiday spot at Nelson on the Glenelg River, making Scootch bombs with Robert Smart in the back garden at Rose Park, getting a prize in the rowing race at Nelson on Australia Day, turning up at his mother’s graduation ceremony in torn jeans and the years he wore a children’s tepee as his coat for Uni. It was the 70s.

His love for the bush started early and he’d go searching for terrestrial orchids in the Adelaide Hills and go bushwalking with the Adelaide Uni mountaineering club. Bushwalks in the Flinders Ranges and the Gammon Ranges were the start of a life-long passion for hiking, travelling and exploring, which he enjoyed with Anne until very recently. He was born the day his mother and father decided to emigrate to Australia. Clearly he was meant to travel.

For many people Lincoln is synonymous with Tasmanian Wilderness and the campaign to save the Franklin. Clearly some of the great wilderness areas of Australia owe him a debt, and we, as a family, followed his work in Doha with great pride. He always emphasised to us how important it is to stay calm, to talk slowly, very slowly, and very quietly, and to be careful not to damage your own cause by internal squabbles.

Lincoln was a kind and generous son, brother and uncle. He had an internal quietness, the stillness and mindfulness supported by his interest in Buddhism as well as his love of the symbolism and cultures and shared humanity of other countries. His love of Romanesque churches, medieval villages and wine centred him in Sablet.

Not to be forgotten however, in these sad times, was Lincoln’s irreverence, being the ‘wicked uncle’, having water fights or ‘pressing ham’ against the back window of the combi van’s window, or horrifying his mother with his French touch parking skills or licking a hair clean off his plate.

Our love and gratitude goes to Anne, whom he told us “he’d follow to the end of the earth” and to Serge and Francoise, his mother and father-in-law, who told us that Lincoln was just like a son to them.

 

Adieu à Lincoln. 

Dire adieu à Lincoln, c’est incroyablement difficile. Il avait cherché à nous rassurer, il nous disait qu’il avait eu déjà 60 très bonnes années… mais rien n’y fait. On n’arrive pas à croire non plus qu’il ait pu laisser un tel héritage.

Nous avons tant de souvenirs de son enfance… Quand il ouvrait tous les robinets de la maison et de celles des voisins quand nous partions en promenade… Qu’il aidait son père à fabriquer des canots à emmener à la plage… Quand il a pêché son premier mulloway, un énorme poisson australien dans son lieu de vacances favori, à Nelson sur la Glenelg River… Les bombes à eau avec Robert Smart dans le jardin à l’arrière de la maison à Rose Park… Son prix d’aviron à Nelson le jour de la fête nationale… La cérémonie de remise des diplômes universitaires de sa mère, où il est venu en jeans déchirés… et l’année où il est venu avec un truc d’indien pour son entrée à l’Université… C’était les années 70.

Son amour pour la nature remonte à sa jeunesse, et on le voyait arpenter les collines d’Adelaïde à la recherche d’orchidées sauvages avec le club de montagne de l’Université. Les balades dans les Flinders Rang es et les Gammon Ranges ont été le point de départ de sa passion de toute une vie pour la randonnée, l’exploration, les voyages. Il en a tant fait avec Anne, jusque très récemment. Il est né le jour où ses parents ont décidé d’émigrer en Australie : c’est vous dire à quel point il était fait pour voyager !

Pour beaucoup, Lincoln est synonyme de la nature de Tasmanie et de la campagne de mobilisation pour sauver la Franklin river. A l’évidence, beaucoup des lieux les plus sauvages de Tasmanie lui doivent une fière chandelle, et nous avons suivi avec fierté son travail jusqu’aux négociations de Doha pour l’Unesco. Il a toujours dit que pour gagner ces combats, il fallait éviter les querelles intestines, et pour cela garder un ton calme, mesuré, et parler très très lentement !

Lincoln était un fils, un frère et un oncle d’une très grande gentillesse et générosité. Il avait un calme, une sérénité et une conscience d’être là qui étaient admirables, et qu’il avait développés grâce à son intérêt pour le Bouddhisme, la spiritualité et l’humanité de toutes les cultures et de tous les pays qu’il avait visités. Son amour pour les églises romanes, les villages médiévaux et le vin l’ont amené à s’installer à Sablet.

Mais il ne faut pas oublier non plus,  malgré ce triste moment, l’irrévérence de Lincoln, l’oncle foutraque adorant les batailles d’eau ou appuyant ses fesses contre la fenêtre du combi Volkswagen, ou encore horrifiant sa mère avec ses façons de garer sa voiture à la française, ou encore de tirer lentement de sa bouche un cheveu trouvé dans l’assiette.

Tout notre amour et notre reconnaissance vont à Anne, elle dont Lincoln disait qu’il la suivrait jusqu’au bout du monde, et à Serge et Françoise, ses beaux parents, pour qui Lincoln était comme un fils.

famille siliacus 4  famille siliacus 2 famille siliacus 1famille siliacus 3famille siliacus 5

FacebookTwitterGoogle+Share

Hommage de ta famille francaise

Nous voila tous réunis, famille, amis autour d’Anne pour un dernier adieu , cher Linc, toi qui repose maintenant dans ce petit bois verdoyant enserré par les vignes, tout près du chemin qui mène à Séguret et que tu connais bien.

C’est tellement triste que tu nous aies quittés!

famille-frNous nous souvenons de notre première rencontre à l’aéroport de New Delhi en janvier 1985 ou vous nous attendiez pour un périple inoubliable! Ensuite ce fut l’Australie, Hong Kong, la Tasmanie… Et enfin  la grande joie de nous revoir à Bury, vous autres parisiens, dans ce petit bled dont les environs recelaient des merveilles que tu n’as pas manqué d’explorer avec curiosité, intérêt et même passion (les fresques de Lavardin!)

Tu as fait partie de notre famille immédiatement. Merci pour tout ce que nous avons partagé avec toi et Anne, et tout ce que nous avons reçu de vous deux.

Le Mistral souffle fort pour te rendre hommage et tous trinquent maintenant à ton éternité.

Bye de ta famille française.

 

FacebookTwitterGoogle+Share

Les vignerons de Sablet disent bye bye avec une contre étiquette !

etiquette-solex-lincLa Journee du Livre a Sablet attire plus d’une centaine d’écrivains qui viennent a la rencontre du public et des lecteurs depuis 28 ans.

Les vignerons de Sablet ont rendu hommage a Lincoln, parrain de la cuvée du Livre en 2010, avec une contre-étiquette “Good Bye Linc”! et sa photo sur son Solex. Cette annee, Alain Sirven, bien connu pour ses BD, est le parrain de la cuvee.

C’est lors de la Journee du Livre de 2009, que Linc avait presente son livre “Visages de terroir” apres son periple de Chablis a Sablet!

Voir : Solex Terroir book launched at Sablet book fair

 salon 2salon 1

 

FacebookTwitterGoogle+Share